MZ LES DEUX MEUFS

[Interview] A la rencontre de la MZ

MZ LES DEUX MEUFS

La MZ, anciennement Mafia Zeutré, est un groupe de rappeur de Paris Sud plus précisément du 13ème arrondissement. Ils sont 3 Mc’s : Jok’air, Hache-P & Dehmo. Même s’il n’est pas un Mc, nous rajoutons à ce groupe, Davidson, manager du groupe qui est à leurs côtés depuis le début.

La MZ a sorti un premier album « Affaire de Famille » sorti en 2015.  Fin 2015, ils annoncent via une mixtape un « Coup d’état » avant la dictature. Ils reviennent en 2016 avec un deuxième album « La Dictature ». Il sortira dans les bacs le 22 avril prochain.

La MZ, avant la sortie de leur dernier album, fait le tour de France afin d’aller à la rencontre de leur public. Alors, nous y sommes allées aussi !


Les Deux Meufs : La MZ, comment ça va ? 

Jok’air : Ça va, on est bien arrivés, bien accueillis. On est bien ! 

Dehmo : On est contents d’être là ! 

Hache-P : Ça va bien !

Les Deux Meufs : Un petit point présentation, qui êtes vous ? 

Hache-P : Nous c’est la MZ. Nous sommes des artistes parisiens avec Jok’air & Dehmo. On vient de Paris 13. 

MZ INTERVIEW

Les Deux Meufs : On se voit dans le cadre de « La MZ vient à ta rencontre ». Pourquoi cette idée ? 

Jok’air : Afin d’échanger au-delà des réseaux sociaux. On a la chance d’échanger humainement. C’est la première fois qu’on le fait et c’est terrible ! D’habitude, on fait des tournées, des concerts, on échange à la fin mais c’est pas aussi humain que là. Les gens, ils viennent, ils déplacent donc on se déplace. On répond aux questions qui se posent sur nous. 

Les Deux Meufs : C’était important pour vous de faire cette démarche ? 

Dehmo : C’est important de prendre le temps, de se poser avec eux. D’entendre ce qu’ils pensent et de répondre à leurs questions. On a pas le temps de répondre à toutes leurs questions sur les réseaux sociaux donc d’être là, de connaître notre public, c’est important. Et pour qu’ils puissent voir hors interviews, hors caméras notre état d’esprit. L’important c’est que ce soit eux directement qui nous pose les questions. Et ça nous fait plaisir, on est là ! C’est cool depuis le début. 

Les Deux Meufs : Depuis votre dernier projet, vous semblez déterminés comme jamais … Il s’est passé quoi ? 

Hache-P : On s’est pris une frappe. J’ai pas honte de le dire. Et on a travaillé encore plus dur. 

Dehmo : On ne s’est pas arrêtés sur des chiffres. Maintenant, on sait qu’on a fait de la bonne musique, qu’on a bossé et que quoi qu’il arrive, la réponse c’est le travail. C’est l’attitude, c’est ne pas s’arrêter, c’est croire en ses rêves. Plus on avance, plus ça porte ses fruits, plus il y a des supporters avec nous et ça nous fait plaisir. Et voilà, on est là aujourd’hui … On est cool, on est calme. 

Jok’air : On attend « La Dictature ». 

Les Deux Meufs : Vous avez fait un featuring avec Nekfeu. Comment s’est passé la collaboration ? 

Jok’air : On l’a rencontré à Nice au Festival « Check The Rythme ». Puis on est monté à Paris. On a beaucoup échangé et écouté le son puis on l’a fait ! 

Dehmo : C’était lourd. Avant même de parler de la musique, c’est un type qui pour moi est sincère. C’est une crème. A partir de ce moment-là, ça fait plaisir de partager. La musique, c’est ce qu’on partage et faire ça avec quelqu’un qui est cool au-delà de son statut, ça fait plaisir. 

Les Deux Meufs : C’est à dire que vous vous êtes retrouvés autant musicalement que humainement ? 

Dehmo : Voilà ! C’est exactement ça …

Jok’air : Avec lui et toute son équipe. 

Dehmo : C’était cool de le faire. On voit que ça a porté ses fruits … On est grave fiers !

Jok’air : On s’attendait pas à ça avec ce morceau … On savait qu’il était bon mais pas que ça allait marcher comme ça…

Les Deux Meufs : Est-ce qu’on attend d’autres featuring sur votre album ? 

Dehmo : Pour ceux qui nous connaissent, on a toujours à peu près la même équipe, on est en famille à la base. Dans notre projet, on peut retrouver : Chich, Marlo. Et un autre qui va s’ajouter qui n’avait pas pu être là sur nos précedents projets, c’est Jessie Jess.

Jok’air : S’il n’a pas pu être là, ce n’est pas parce qu’on ne le voulait pas. C’est qu’il avait des problèmes. Jessie Jess, c’est la rue. Depuis c’est Hache-P qui le booste. 

Dehmo : Et lui, il a fait du sale ! Y’aura des surprises ! 

Jok’air : Y’ aussi Zayra. C’est une artiste qui est du même label que nous « Arista ». On avait travaillé avec elle sur son premier album « Premier regard » donc on lui a proposé de venir avec nous sur notre projet. 

Les Deux Meufs : Dans « Affaire de famille », vous avez un morceau qui fait évoque le fait « d’être noir ». On retrouve ce thème dans « La Dictature » ? 

Jok’air : Oui, c’est important pour nous. 

Dehmo : C’est notre identité. On est noirs, on est français d’origine ivoirienne. C’est important de dire qu’il y a des noirs en France et pas ceux qu’on voit toujours à la télé, les américains. 

Les Deux Meufs : Les blancs, ils ne font pas de morceaux en disant qu’ils sont blancs. Comment vous percevez vous le fait que quelque part, vous êtes « obligés » de faire ce type de morceau ? 

Hache-P : Eux, ils n’en ont pas besoin. 

Les Deux Meufs : Est-ce qu’aujourd’hui avec la notoriété, que vous êtes en train d’acquérir, c’est encore compliqué ?

Jok’air : Bien sur ! Aujourd’hui, on se fait encore virer des hôtels … On arrive, on ne veut pas de nous parce qu’on est noirs. 

Dehmo : Si tout le monde était comme vous, et que personne ne ferait de différences … Ça serait archi lourd ! 

Hache-P : On a pas accès aux mêmes médias qu’un rappeur blanc. Et c’est vrai. 

Dehmo : C’est des petits détails qui sont importants. 

Hache-P : Même Nekfeu, il le dit dans un de ses textes. 

Dehmo : Attention, on ne se victimise pas. On le dit parce qu’on le vit. Parce qu’il y a peut être des jeunes qui n’ont pas l’occasion comme nous de s’exprimer ou de voir comment ça se passe et qui se disent que ça va être tout beau … Mais non, on préfère prévenir. Il le faut le dire. Il y a certaines choses qui se passent. On exprime ce qu’on est, ce qui se passe. 

Jok’air : Si on ne le dit pas … Personne ne le fera pour nous !

MZ INTERVIEW

Les Deux Meufs : Aujourd’hui, la place de la Femme est clairement remise sur la place publique notamment au niveau du sexisme. Avec le clip du morceau « MD », vous vous positionnez comment ?

Hache-P : C’est un délire ! Nous on a pris des meufs de la street. On est pas allés prendre des meufs d’une agence, toujours les mêmes qui se ressemblent …

Dehmo : On est comme on est. On l’aime la femme. Il peut y avoir des mannequins comme des filles lambda qui sont bien dans leur corps. 

Jok’air : Ça va de la skinny à la bbw … 

Dehmo : Après si la question c’est « à quelle place, je me sens dans le clip MD » … Regardez … Je me sens super bien ! Et les filles, aussi, elles étaient super à l’aise ! 

Hache-P : Après, il y en a qui vont croire qu’on ne respecte pas la femme mais pas du tout. On a des mères, des sœurs, des cousines, … On respecte la femme ! 

Dehmo : Quand c’est les cainris … « Ah ils sont trop fous » … Mais quand c’est des français, de suite, ça fait polémique ! Mais nous, on est décomplexés et décontractés … On fait ce qu’on a faire ! On veut aussi s’amuser et prendre du plaisir au maximum et je pense qu’on le fait bien.

Les Deux Meufs : Les concerts commencent à se programmer. En décembre, vous serez sur la scène du Bataclan. C’est important pour vous de jouer dans cette salle ? 

Dehmo : C’est une revanche ! Le jour où les massacres ont eu lieu, on était à Marseille à l’Affranchi. Pendant le show, il y a un moment où on sort de scène pour le rappel. On sort de scène et Davidson nous dit « je reçois des textos, il se passe des trucs de ouf à Paris, au Bataclan ». C’est choquant. Tu te mets à la place des gens. Nous a l’habitude d’avoir nos familles avec nous, nos amis, notre cité qui nous suivent dans nos concerts à Paris et on s’imagine si c’était nous à leurs places …C’est choquant ! On avait le choix entre l’Olympia et le Bataclan. On a choisi le Bataclan. Après ce qu’il s’est passé, faut continuer à vivre. Maintenant, on peut dire que nous sommes des artistes et c’est aussi à nous de faire le premier pas pour que les gens y relèvent la tête sans oublier ce qu’il s’est passé. C’est un défi, une revanche, faut le faire ! C’est important. 

Jok’air : Faut relever la tête ! 

Dehmo : Paris vit aujourd’hui. Je ne vois pas pourquoi le Bataclan ne vivrait pas. 

Jok’air : T’imagines si on fermait toutes les rues où il y a eu des morts … Dans chaque rue, on dirait « non, on ne passe plus par là » ? C’est pas possible ! 

Les Deux Meufs : Le lieu de la date du 28 mai prochain à Marseille est encore tenu secret … Des infos ? 

Hache-P :  Ce sera un concert gratuit et ça va être le feu !!!

Dehmo : Pas plus d’info … Mais ce sera gratuit et ça c’est déjà super bien ! C’est à dire que si tu n’as rien à faire, tu sais où tu peux passer ! 

Jok’air : T’as juste à attendre !

Hache-P : Si ça se trouve, ce sera au Vélodrome peut-être ! (Rires)

Dehmo : T’es fou … Moi, je kifferais ! Hache-P, il va venir avec son maillot de l’OM ! 

Hache-P : Oui ! Moi, je suis pour l’OM ! Ça va être chaud ! 

Les Deux Meufs : Un dernier mot ? 

La MZ : Merci pour l’accueil ! RDV le 22 avril ! Big Up Les Deux Meufs ! C’était lourd ! On est ensemble !

Les Deux Meufs : Merci à vous les gars et force pour votre projet !


Nous remercions la MZ, Davidson, Isma pour leur disponibilité & leur confiance.

Un Big Up à Rabsa13 pour leur hospitalité !

One Love

(Crédit Photos : Rabsa13)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *