PUMPKIN VIN'S LES DEUX MEUFS

[Interview] Portrait Musical : Pumpkin

La plume dans une main et le micro dans l’autre, Pumpkin, lyriciste à l’écriture chirurgicale, observe son époque et gratte ses chroniques poétiques, oscillant entre le Rap et le Spoken Word, le Boom Bap et l’Electro, le Jazz et la Soul.

Bercée par une envie d’ailleurs et en quête de profondeur depuis ses débuts en 96, la rappeuse trentenaire voyage et explore autour : Brest, Adelaïde, Barcelone, Paris puis Nantes où elle pose ses valises fin 2015.

Dans le calme du homestudio ou le vacarme d’une salle bondée, son chemin croise celui d’artistes comme Supafuh qui l’invite à faire partie du collectif ViBe League où elle rencontre Vin’S da Cuero. Par la suite, c’est avec 20syl, Beatspoke, DJ Vadim, Guts, Jay Prince, Boog Brown, Rita J., Dynasty et les autres, qu’elle collabore.

Les projets s’enchaînent naturellement : Le Vernissage [2007], L’Année en décembre [2009], Ainsi de Suite [2010], Silence Radio [2012], Le Beau Temps [2014], et Peinture Fraîche [2015], des dizaines de morceaux inspirés par ses modèles : Solaar, AKH, Hocus Pocus, The Fugees, Common, Blackalicious, Jill Scott, Mos Def, The Roots et tant d’autres.

En 2011, avec son compagnon Vin’S da Cuero, Pumpkin crée le label Mentalow Music. En 2013, elle est Prix Spécial du Jury Grand Zebrock et fait partie de la sélection Hip Hop des Inouïs du Printemps de Bourges.

Accro à l’adrénaline du live, cette « femme végétale » tourne depuis 2012 avec Vin’S et DJ Lyrik. A trois, ils sillonnent les routes de l’hexagone et jouent partout en France [New Morning, Nouveau Casino, Printemps de Bourges, Fête de L’Huma, Hip Opsession…]. Mais aussi à l’étranger : Londres [Jazz Café], Zurich, Winterthur, Berlin, Linz, Bruxelles, Festival Hip Hop Kemp en République Tchèque…Partagent la scène avec IAM, FéFé, 20syl, José James, Rocé, Black Milk, Vicelow, Hippocampe Fou, TY, Casey, JP Manova, Clear Soul Forces, Akua Naru…

Pumpkin a été invitée, jouée, soutenue par de nombreux médias parmi lesquels France Inter, Mouv’, Fip, Tsugi, Radio Nova, Longueur d’Ondes, France Ô, les réseaux Ferrarock et Radio Campus.

Versatile et hybride, quand elle n’est pas plongée dans l’artistique, Pumpkin s’occupe de son label et participe à des ateliers d’écriture, des workshops en France et à l’étranger, poussée par l’envie de construire, transmettre, partager son expérience et insuffler « l’empowerment » aux plus jeunes.


Les Deux Meufs : Si tu étais une chanson pour le Rap ?

Pumpkin : Caroline de MC Solaar, je n’ai pas entendu mieux. C’est beau à tout point de vue, texte, musique, interprétation, clip. Point. 

LDM : Si tu étais une chanson que tu peux écouter en boucle ?

P : Familiar d’Agnès Obel. Je ne me remettrai jamais de ce refrain. Je ne le comprends pas, c’est magique et tellement beau. 

LDM : Si tu étais une chanson de la honte ?

P : Je choisis Sexy Back de Justin Timberlake. A chaque fois que ça passe, je chante, danse et je fais une très belle imitation de Timbaland. Pas plus tard que la semaine dernière au supermarché à Quimper… pas très sexy justement, mais c’est drôle. J’avoue que parfois j’aime bien les sons club un peu nunuche et en vrai, Justin Timberlake il assure dans son genre. Suit and Tie défonce.

LDM : Si tu étais une chanson intemporelle ?

P : Summertime. J’aime quand c’est Ella Fitzgerald qui la chante. Classic shit de fou furieux.

LDM : Pour t’ambiancer ?

P : WTF de Missy Elliott & Pharrell Williams. Je me crois sur le dance floor à chaque fois. Je danse à la maison là-dessus, ça fait du bien !

LDM : Pour partir en vacances avec tes potes ?

P : The Recipe de Kendrick Lamar. Quand j’écoute ce son j’ai l’impression d’être en Californie en ride dans une immense décapotable, avec les potes, les cheveux au vent avec le son à fond. #fantasme

LDM : Pour te défouler ?

P : Am I Wrong par Anderson Paak. Pareil, sur ce son, je chante, je danse comme une folle. Elle a un potentiel feelgood incroyable cette chanson, ça fait du bien. Tout l’album est dingue en fait.

PUMPKIN VIN'S LES DEUX MEUFS
Crédit Photo : Bastien Burger

LDM : Si tu étais une chanson pour traîner au lit le dimanche ?

P : Release Your Problems de Chet Faker, par exemple. C’est mou, soulful, ça donne envie d’être sous la couette en pyjamas pour l’éternité, la tête collée à l’oreiller.

LDM : Une chanson pour t’évader ?

P : Leave Me Alone de Kaytranada par exemple. C’est envoutant. A écouter fort avec un bon verre de vin. C’est super pour décompresser, danser aussi, changer d’air, de mood, sans bouger de chez soi. 

LDM : Une chanson pour pleurer ?

P : Fragile de Sting. Et la version live avec Stevie Wonder, c’est pire encore. Chair de poule et mouchoirs en papier.

LDM : Si tu étais une chanson/prod pour écrire ?

P : Je ne peux écrire qu’avec de la musique instrumentale. Ça peut être par exemple Golden Sun (Tribute to Blackalicious) par Tall Black Guy. J’adore ce beatmaker et ce morceau est un hommage à un de mes groupes préférés.

LDM : Une chanson pour séduire ?

P : I Put a Spell On You de Nina Simone, la grande classe par une femme forte et talentueuse.

LDM : Pour pécho ?

P : Dontcha de The Internet. J’adore ce morceau, il donne envie d’être collé-serré et plus si affinités.

LDM : Une chanson d’amour ?

P : Back To Black de Amy Winehouse. Une histoire d’amour qui part en couille mais j’adore la force, la simplicité de la chanson, la dignité de la meuf qui souffre (la tête haute) que son mec soit partie avec une autre. Magnifique loose.

LDM : Si tu étais une chanson pour faire l’amour ?

P : Jekyll de Hiatus Kaiyote. Parce que. 

PUMPKIN LES DEUX MEUFS
Crédit Photo : Bastien Burger

Nous remercions Pumpkin pour nous avoir emmenées dans son doux univers musical.

One Love


Toutes les infos sur Pumpkin :

Le EP Chimiq en duo avec Vin’S da Cuero est dans les bacs depuis le 18 novembre.
Le clip de Chimiq : https://youtu.be/5mOXUavNZPM
La live session de Science Friction : https://youtu.be/6zLdMdduY6s
Les dates de concerts à venir :
  • 1 er mars Nantes Festival Hip Opsession
  • 9 mars à Rezé avec Chill Bump
  • 1er avril à Strasbourg
  • 21 avril à Winterthur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *