AYA NAKAMURA LES DEUX MEUFS FIFOU PLAYLIST RAP HIPHOP SPORT SITE REFERENT DE LA CULTURE HIPHOP AU FEMININ

Aya Nakamura : le comportement 2.0 ?

C’était dans nos résolutions de l’année de parler d’Aya Nakamura. C’est en 2016 qu’on découvre le titre “Comportement“. Le morceau ouvrait le One Women Show de Camille Lellouche. Autant vous dire que l’application Shazam a été directement utilisée.

Le titre n’a pas été facile à trouver. Un pseudo clip ou du moins un fichier audio est balancé sur Youtube en qualité … qui laisse à désirer. À ce moment-là, on ne fait pas du tout le lien avec le morceau “Love d’un voyou” de Fababy. Heureusement, on l’aurait peut être directement nextée notre Aya des familles ! C’est en juin 2017 que sort le clip officiel de “Comportement”. Elle délimite le cadre. Elle annonce la couleur. Les règles, c’est elle qui les impose.

Loin des clichés de la chanteuse de R’n’B’ soit trop “gnan gnan” soit trop “girly” soit trop “meuf des cités amoureuse du gros dealer”, Aya crée sa propre place. Une place totalement assumée voir décomplexée.

Dans son album “Nakamura“, Aya aborde divers sujets allant de l’argent à la confiance en passant par les relations amoureuses bien évidemment ! Elle en profite pour régler ses comptes, expliquer qu’elle a pas le temps, et qu’elle ira au bout coûte que coûte.

Aya dévoile son côté femme fatale à travers quasiment tous ses morceaux. On notera le titre “Pompom” : “J’aime comment tu danses, c’est bien, ma musique te va trop bien“. Les rôles sont totalement inversés. Mais oui, ne faîtes pas les choqués … On a vraiment besoin de vous ressortir le son de Matt Houston en feat avec Ill des X-Men … Tu sais celui où Matt dit “Je kiffe quand tu mouilles pendant mon show”. Voilà, merci, aurevoir.

Dans son featuring avec Hamza sur le morceau “Dale x Love Therapy” issu de l’album “Paradise” du rappeur, Aya prend encore une fois le dessus : “Cette nuit, on peut le faire. Cette nuit, on va le faire“. Le message est autant clair que sublimal. On adore ! Ouais, c’est choisi et assumé. Le pouvoir, la décision, c’est elle. Sur scène, elle n’hésite pas à clamer ” Il n’y a plus de bonhommes, les gars, on est là !“.

Aya, c’est le Girl Power quand tu te lèves le matin avec l’envie de bouffer le monde, c’est la copine qui va te dire que t’as bien fait de tèj ce mec car il ne te mérite pas, c’est celle qui va te faire bouger ton boule sans que tu aies besoin de dire “Ça, c’est ma chanson”, c’est celle qui te dit “tu peux y arriver”. Ses chansons ont pour certaines d’entre nous remplacé le morceau “Big Up” de Diam’s.

L’argent, le biff, la moula, la monnaie, l’oseille, le pognon … Tous les synonymes sont bons. Aya veut construire son empire, assurer sa descendance et ne rien devoir à personne. À l’heure de la montée de l’entrepreneuriat féminin, la chanteuse affirme cette ascension.

Sous ses airs de femme du monde pouvant gérer la planète entière, Aya possède un petit coeur et rêve d’un homme à ses côtés sur qui elle peut compter et se reposer de temps à autre. On sent bien que l’avouer c’est pas facile … C’est ce qu’on appelle “faire la meuf”. On fait style “Balec'” mais en vrai … On pleure ! C’est le morceau “Oula” qui nous a fait chaviré. Elle entre d’ailleurs sur scène avec ce titre.

En France, nous avons souvent la tendance à comparer. Parait-il que c’est humain ! Il a fallu ouvrir notre vision à l’international. Et même là … Alors pour nous Aya Nakamura c’est le mélange de Rihanna et de Beyoncé. Parce que parfois on préférera passer notre journée dans un gros sweat ou sortir nos sous-vêtements à en faire pâlir certains … Aya, c’est le bon mélange, le bon compromis. Vous l’aurez compris : on l’a validée.

Ps : Mettez du respect sur son nom.

Nb : On vous conseille d’aller voir la diva sur scène. Tu y trouveras des couples, des daronnes de 60 piges, des gars, alors tu peux assumer !

Crédit Photo : Fifou

Les Deux Meufs : le média référent de la culture HipHop au féminin