LAU SAFRAN LES DEUX MEUFS SITE REFERENT DE LA CULTURE HIPHOP AU FEMININ

[Interview] Lau : “Je suis très fière de cet EP. C’est 8 titres, c’est du solide, c’est moi.”

Lau est une Rappeuse qui se balade entre Aix, Marseille, le Brésil et le Maroc. BGirl, elle tombe avant tout amoureuse du HipHop.

Lau propose un EP intitulé “Safran” intimiste. C’est à l’occasion de sa Release Party au sein de la boutique “5 Sur Nous” à Marseille que nous l’avons rencontré. Stylée et féminine jusqu’à son rouge à lèvres, Lau nous accueille autour d’un thé.

Les Deux Meufs : Lau, qui es-tu ? D’où viens-tu ?

Lau : Je m’appelle Laura. Mon nom de scène, c’est Lau. Je suis une Rappeuse. Je suis entre Aix et Marseille. Je suis aussi BGirl, danseuse de Break dans le crew de Marginalz. Je gravite dans le milieu HipHop depuis longtemps. J’ai commencé par le Break mais le Rap est venu comme une évidence. Ça fait parti de la culture.

LDM : À la base, tu fais du Break. Comment tu t’es mise à faire du Rap ?

L : Ça fait très longtemps que j’écris même bien avant de breaker ou de rapper. Le Break, j’ai commencé en 2011. Mon frère dansait déjà. J’étais dans le bain du HipHop. Dans ce milieu, tout le monde touche à tout ! Ça graffe, ça rappe, etc. J’ai commencé par faire des freestyles dans la voiture. Puis, je me suis dit “j’ai des textes !“. Il faut se lancer, passer ce cap. Je suis la seule meuf de l’équipe. Il n’y a pas beaucoup de filles dans ce milieu donc j’avais un peu honte au début … Ma pote Sabria a toujours pris le mic sans gène et elle m’a poussée. On a commencé à faire quelques sons et des scènes en duo sous le nom de “Sweet Chili”. Je pense qu’à travers ce groupe, on s’est prouvé des choses à nous mêmes. Aujourd’hui, le groupe n’existe plus mais elle reste toujours ma Sista même dans l’ombre. De mon côté, ça s’est accéléré et j’ai voulu me professionnaliser.

LDM : Tu disais que tu étais la seule meuf de ta bande. Comment tu vis ta place de femme dans ce milieu ?

L : Je le vis hyper bien ! J’ai toujours été entourée de mecs, j’ai que des frères. Quand j’ai commencé le Break, j’étais la seule fille de l’équipe et je le suis toujours. Ils m’ont toujours encouragée dans ce que je faisais. Quand j’ai commencé à rapper, j’ai l’impression que j’avais déjà ce “respect”. Quand c’est devenu sérieux avec les clips, les projets, ils m’ont soutenu et mise en avant. L’équipe que j’ai, elle est dingue ! En fait, je ne me suis jamais posée la question comme si on n’avait jamais fait la différence homme/femme. La question, elle est en terme de compétence et pas de genre. Du coup, j’ai jamais surfé sur le fait que je sois une fille qui rappe.

LDM : Aujourd’hui, tu sors ton EP “Safran” où il y a vraiment un univers qui s’en dégage. Tu peux nous expliquer comment tu l’as travaillé ?

L : L’EP s’appelle “Safran”. C’est une épice qui est rare si tu la veux de qualité. Il existe du safran d’arnaqueur ! Pour trouver du vrai safran, c’est compliqué. Il faut faire des recherches. Je le compare au Rap : il y a les arnaqueurs et le Rap qui est authentique et vrai. Je suis Marocaine donc forcement … le Safran et les épices, ça me parle ! J’adore la cuisine aussi donc “Safran” résume bien l’univers que j’ai envie de montrer.

L : Mon monde, il se retrouve aussi sur la cover du projet. Je sers du thé, j’ai du henné sur les mains. J’ai voulu retranscrire le délire marocain. À la base, j’ai pas écrit ces sons dans le but de faire un projet. Je voyage beaucoup notamment au Maroc et au Brésil parce que j’y ai vécu. J’ai écrit entre ces deux pays. Cet EP, il rassemble toute cette tranche de vie.

LDM : Comment tu vois la suite ?

L : La suite … C’est de bien faire tourner cet EP de 8 titres ! Sur les 8 morceaux, il y a 6 clips qui vont sortir. J’aimerais me faire connaître à travers ce projet et gagner en visibilité auprès de personnes que je ne connais pas. J’aimerais aussi débloquer des scènes, des tournées ! Je voudrais créer un univers, un engouement autour de ma musique. Ce projet, c’est ma vitrine. Je suis très fière de cet EP. C’est 8 titres, c’est du solide, c’est moi. Il n’y a pas un morceau sur lequel je doute.

Nous remercions Lau pour son sourire, David pour son accueil et toute l’équipe de Lau !

Les Deux Meufs : le média référent de la culture HipHop au Féminin