FIANSO SOFIANE AVIGNON ACHILLE LES DEUX MEUFS

Sofiane aka Achille : créateur d’ouverture culturelle ?

Lundi 15 juillet. 20 heures. Avignon, Cour du Musée Calvet. La file d’attente remonte jusqu’au haut de la rue. Il y a des enfants, des adultes, des curieux, des râleurs et nous.

“Après le succès de Gatsby le Magnifique à Avignon, l’été dernier et sa reprise au Studio 104 de la Maison de la Radio, [le Festival d’Avignon] poursuit son compagnonnage artistique et amical avec Sofiane Zermani, artiste et rappeur. [Le Festival] continue à partager avec lui le goût et le désir de transmettre à toutes les générations des grands textes classiques ou contemporains, comme ce texte de Wajdi Mouawad né d’une commande de France Culture” (Source : festival-avignon.com)

C’est dans un cadre loin des salles sombres de concerts et des stéréotypes “Jack Miel & Chichas” que la soirée s’apprête à débuter. Entre oeuvres d’art et monument classé, une scène est installée. Des chaises confortables pour nos 🍑 et des chaises longues sont mises à disposition. Un compromis entre l’image “coincée” de France Culture et l’événement un tantinet “Bobo”. Bref, comme on est chez nous partout. On y était bien.

Pour vous faire un court résumé, c’est six comédiens sur scène : Amira Casar, Adama Diop, Xavier Gallais, Jérôme Kircher, Sofiane Zermani et Thibaut Kuttler (élève comédien de l’ERACM) et les musiciens Angèle Legasa (violoncelle), Issam Krimi (piano & laptop). Loin de la représentation classique théâtrale et des costumes du Moyen-Âge avec ses troubadours (oui on exagère …), c’est six entités face à un public qui nous interprètent des textes classiques (comme pour nous “Petit Frère” d’IAM par exemple) de la littérature. Gros Big Up à tous les artistes pour le chant, les émotions et surtout à Amira Casar (franchement, elle est trop belle) qui nous a foutu les frissons voire la petite larme.

Concentré, focus, attentif sont les adjectifs qui nous permettent de qualifier Sofiane Zermani plus connu sous son blaze de rappeur “Fianso”. Mais comme on est dans le game, on peut dire qu’il était en mode “soulever des mamans”. (Oh … pas les Daronnes, on a dit !). Même le vent qui a fait envoler son texte n’a pas entaché la prestation de l’artiste. Ce soir-là, Sofiane était Achille.

Le mélange des cultures et des mondes, on adore, vous le savez. Fianso a, de part, sa notoriété dans le milieu du Rap, ramené un public qui n’aurait peut être pas franchi la porte d’entrée. Il était donc très intéressant de voir se confronter ces personnes qui, peut être, ne se seraient jamais rencontrées sans ce type d’événement. On souhaite et on espère le développement de ce genre de rencontre comme suspendue dans le temps. On ne le dira jamais assez mais on kiffe de voir ce type d’artiste se produire sur de telle scène. La culture Rap s’enrichie et remonte en crédibilité pour celles & ceux qui doutent encore. Si on se permet d’aller un peu plus loin, on dira même que ça ouvre des possibilités de trajectoire et agrandit les rêves qui rendront certains déterminés comme jamais.

On tient également à souligner que même en Air Force One (plus très blanches, on l’avoue), nous avons été accueillies comme Jean-Louis avec son bermuda et son pull sur les épaules. Alors stop les “on va nous regarder chelou” et poussez les portes.

PS : ASKIP … Achille, c’est un Kabyle.

Crédit Photo : Christophe Raynaud de Lage

Les Deux Meufs : le média féminin de la culture HipHop. Les Zouzes du Rap Game.